- Art(s) & Culture(s) -

Recherche personnalisée

mardi 25 septembre 2007

Décrochage...



Merci à tous ceux qui sont passés cette semaine à la salle Olympe de Gouges me rendre visite au Salon d'Automne de la Peinture Contemporaine ! Six tableaux d'une série intitulée "Les Mondrianneries" - en référence à qui vous savez... - y étaient exposés : Autoportrait au musée, Le Père & le Fils, la Lune & son Reflet, Ce que nous regardons mais que nous ne voyons pas, La Route en corniche, Silence et De la non-prédominance esthétique du blanc : chute de pellicules sur épaule. Ils ont été décroché hier, et ont repris le chemin de la Kazatelié.

Alors, pour se souvenir un peu - ou plutôt pour changer d'atmosphère - je vous propose de poursuivre la série initiée avec "du papier et de l'encre", et dans laquelle je fais ressortir des tiroirs de mon enfance quelques dessins anciens...


Les beaux yeux (ci-contre) et L'amour impossible du beron et du biberon (ci-dessus) n'ont a priori rien à voir avec Mondrian, pourtant... Pourtant, quand je pense au Silence ou à l'Autoportrait au musée qui ont été exposé au Salon, je pense aux beaux yeux et aux biberons ; allez savoir pourquoi ?!

Plutôt que d'attendre une exposition où je les accrocherai - ce qui n'arrivera probablement jamais - je les offre donc sur la toile aux curieux qui voudront bien y jeter un oeil...

A vos beaux yeux !

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Et pourquoi cette exposition serait-elle si improbable?

kozman@stephane-hoarau.com a dit…

Parce qu'il sont trop anciens, trop abimés, et qu'ils sont stockés dans des placards que je n'irais pas ouvrir avant un bon bou'temps !

Pourquoi cette question ?

Anonyme a dit…

Donc ça sera peut-être dans longtemps mais elle aura certainement lieu cette exposition!

Kèl Kozman ? / Quelle parole ?

Entre l'île de La Réunion, Paris, et bien d'autres lieux dans le monde, je vous propose, via ce petit blog, de découvrir quelques artistes, publications, événements, etc. qui se rapportent tous à la culture. Une culture alter-..., c'est-à-dire, une culture différente, qui ne se découvre pas dans les magasines pipoles ou dans les écrans des tévés - ni même sur les affiches publicitaires - mais une culture qui tisse des liens entre les humanités, qui vit et que nous faisons vivre de manière originale et singulière dans nos quotidiens respectifs, à travers le monde, à travers les mondes : francophones, créolophones, etc.

Au plaisir de vous rencontrer lors d'une manifestation ou dans l'un des ateliers présentés,
Bien à vous,


Stéphane Hoarau.